LE MAL DES MONTAGNES

Add to my Report Print Email

Le mal des montagnes

Rien ne vaut le sentiment extraordinaire qui vous envahit lorsque vous vous trouvez au sommet d’une haute montagne. Mais si vous avez le mal des montagnes, cela peut gâcher votre plaisir. Le mal des montagnes vous gâchera la vue et peut même mettre votre vie en danger. Préparez-vous donc bien et assurez-vous de savoir comment monter en toute sécurité au sommet d’une montagne.

Qu’est-ce que le mal des montagnes?

En haute altitude, la pression atmosphérique est moins élevée (l’air se « raréfie ») et vous inhalez moins d’oxygène à chaque inspiration. Cela signifie que votre corps doit s’adapter à cette situation. Vous allez respirer plus rapidement et plus profondément et vous fabriquerez plus de globules rouges pour transporter l’oxygène – c’est ce que l’on appelle l’acclimatation. Il faut généralement 3 à 5 jours pour s’acclimater.
Le mal d’altitude, aussi appelé mal aigu des montagnes (MAM), peut apparaître dès une altitude de 2 500 mètres.
Les symptômes commencent souvent dans les 6 à 12 heures suivant l’arrivée à ces altitudes mais, à une altitude inférieure, il faut parfois toute une journée avant l’apparition des symptômes.
Les symptômes du mal des montagnes peuvent être les suivants :

  • Maux de tête
  • Mauvais sommeil
  • Nausées et vomissements
  • Perte d’appétit
  • Fatigue
  • Essoufflement

Lorsque le mal des montagnes frappe…

Si vous ressentez un ou plusieurs symptômes du mal des montagnes, suivez bien les trois étapes suivantes :

  • Ne forcez pas votre corps : Arrêtez-vous où vous êtes et reposez-vous – ne montez pas plus haut
  • Reposez-vous et récupérez
  • Continuez à grimper (ou descendez)

    Dès que vous êtes tout à fait rétabli(e), vous pouvez continuer et recommencer à grimper prudemment

    Si vos symptômes ne s’améliorent pas après une journée, il faut que vous descendiez de 500 à 1 000 m pour que votre corps puisse mieux s’acclimater

  • Si cela devient grave...

    Si vous ne prêtez pas attention aux symptômes de mal des montagnes et que vous continuez à monter, vous pourriez avoir de graves problèmes de santé :

    • œdème cérébral de haute altitude (OCHA)
      Apparaît lorsque du liquide s’accumule dans le cerveau, provoquant un gonflement ; vous pouvez vous sentir désorienté(e), ne pas agir de manière appropriée, avoir l’air ivre et même perdre conscience.
    • œdème pulmonaire de haute altitude (OPHA)
      Apparaît lorsque du liquide s’accumule dans les poumons, provoquant essoufflement, toux, expectorations roses (mucosités mêlées à de la salive) ou gargouillements dans la poitrine.

    Tant l’OCHA que l’OPHA sont des urgences médicales – elles peuvent être rapidement fatales. Si vous ressentez des symptômes, descendez immédiatement à plus basse altitude et consultez un médecin. Ne marchez pas mais faites-vous porter, car la marche aggrave l’affection. Si ce n’est pas possible, vous devrez si possible être évacué(e) par hélicoptère.

    Quel est mon risque?

    Il ressort d’une étude que la moitié des trekkeurs au Népal ont eu le mal des montagnes à une altitude de 4 500 à 5 000 mètres. Il est difficile de prédire qui aura le mal des montagnes. Votre condition physique n’est pas déterminante. Même les personnes en bonne forme physique peuvent avoir le mal des montagnes. Si vous l’avez déjà eu, vous risquez de l’avoir à nouveau. Vous risquez davantage d’avoir le mal des montagnes si :

    • vous allez en haute altitude (3 000 m ou plus)
    • vous grimpez (trop) rapidement à haute altitude, sans vous habituer progressivement à l’altitude

    Les voyageurs qui présentent les problèmes médicaux ci-dessous doivent consulter leur médecin pour leur demander conseil avant de planifier un voyage en haute altitude :

    • diabète
    • asthme
    • épilepsie
    • problèmes cardiaques
    • problèmes pulmonaires
    • grossesse
    • anémie falciforme

    Puis-je éviter le mal des montagnes?

    Vous ne pouvez pas éviter complètement le mal des montagnes, mais vous pouvez aider votre corps à s’acclimater correctement. Diminuez le risque d’avoir le mal des montagnes en suivant ces conseils :

    • Essayez de ne pas monter immédiatement à plus 3 500 m – habituez-vous à l’altitude au cours des premiers jours
    • Ne faites pas trop d’exercice physique au cours des premières 24 heures après votre arrivée en haute altitude
    • Grimpez progressivement : ne dépassez pas une dénivellation de plus de 300 à 500 mètres par nuit après avoir atteint les 3 000 m. Si ce n’est pas possible, tâchez de vous reposer 2 jours après chaque ascension importante
    • Prenez régulièrement des jours de repos et prenez une journée de repos complète tous les 3 jours
    • Buvez beaucoup de liquides et évitez l’alcool
    • Adoptez un régime léger mais riche en calories
    • Soyez attentif/ve aux symptômes du mal des montagnes et prévenez quelqu’un si vous commencez à ne pas vous sentir bien – veillez à toujours avoir quelqu’un auprès de vous qui ne vous laissera pas seul(e).

    Consultez votre médecin pour plus de conseils afin d’éviter le mal des montagnes.

    Autres points auxquels vous devez penser en haute altitude

    Protection contre le froid

    En haute altitude, vous pouvez souffrir du froid du fait d’une combinaison de la température froide et de la faible teneur en oxygène, notamment si vous avez une mauvaise circulation sanguine.
    Conseils pour voyager à haute altitude

    • Couvrez-vous de plusieurs couches de vêtements chauds, mettez des gants, un bonnet étanche, des grosses chaussettes et des bottes
    • Utilisez de bonnes lunettes solaires
    • Veillez à rester au sec et à changer de vêtements s’ils sont mouillés
    • Sachez que faire en cas d’urgence – apportez une couverture chaude et des vêtements de réserve au cas où il arriverait quelque chose

    Protection contre le soleil

    Plus vous allez haut, moins vous êtes protégé(e) contre les rayons ultraviolets (UV) du soleil. Soyez très prudent(e) en haute altitude – consultez notre page de conseils relatifs à la protection contre le soleil pour de plus amples informations

    Date de validation : 14 Juin 2018
    SABE.MIS.18.06.0291e